11 novembre 2007

This is the end

J’ai mal à la tête.

Et puis je suis fière, un peu, aussi. J’ai retenu mes larmes. J’ai contenu tout le malheur de dedans moi pour en faire autre chose. Je ne me suis pas laissée aller au numéro de la fille aux yeux rouges. Parce qu’il est temps de vivre sans lui. Même si ça s’appelle survivre pour le moment. Même si c’est dure de ne pas pouvoir l’appeler sans que peut être, ça soit mal placé. Dure d’être apaisé uniquement par quelqu’un qui ne veut pas être là, avec moi. Il est maintenant beaucoup trop loin de moi pour me permettre ces choses là.

Alors oui, mon corps est malade. Il est en manque de l’autre. Parce que l’autre n’était pas là samedi, alors qu’il était attendu. Attendu trop fort, je pense. Attendre c’est laisser a ce qu’on attend l’opportunité de nous faucher en plein vol. C’est aussi une façon de ne pas sombrer tout de suite. Mais c’est une drogue comme les autres et je finirais par ne plus en avoir besoin. Si je prend le malheur et que j’en fais autre chose.

Il suffirait peut être de se contenter sur le reste de cette vie là. A moi. Regarder les gens dans les yeux et leur montrer que le malheur de dedans moi n’est plus là. Et mes yeux ne sont plus rouges. Et mes sourires ne ressemblent pas à des ébauches de trucs pas finis, prêts à se faire la mâle à la première occasion.

Alors jusque quand ? parce que c’est toujours pareil avec moi, les bonnes résolutions, les changements positifs, ça ne reste jamais très longtemps. J’oublie toujours trop vite ce qui compte. On verra bien.

Je le veux toujours et je ne cesserais peut être jamais vraiment de l’attendre. Ca s’appelle aimer quelqu’un, je crois. Alors je m’en veux moins, parce que toute cette merde, c’est au nom de quelque chose de bien plus grand que moi. L’Amour, c’est noble. C’est un peu comme tuer pour Dieu. Le sacrifice s’excuserait presque. A partir du moment où on y croit. Et puis surtout, il y a des choses plus grave qui nous tombe dessus et nous rappelle qu’un amour sans retour n’est pas une mort, c’est juste une maladie. C’est un truc qu’on peut peut-être guérir. C’est moins grave. C’est pas grave.

Le cousin est mort jeudi. Voilà. C’est comme un point au bout d’une phrase pas finit. Une phrase d’à peine 30 ans. Je ne me servirais pas de ce malheur là pour être dans ses bras.

Voir les gens morts ne me donne pas l’impression d’être vivante comme à d’autres. Ca donne un goût dégueulasse dans la bouche. Un goût de fin.  J’ai passé mon temps à avoir l’impression qu’il respirait encore. Que son torse se bombait. Alors que son visage était mort. Blanc.

Le funérarium et la musique de merde qu’ils y passent, qui nous bouffe les oreilles et qui ne veut rien dire. Ca ne couvre même pas les sanglots de sa mère. C’est juste totalement hypocrite. Parfaitement humain.

Guillaume est mort et son numéro est encore dans mon portable. Comme un paradoxe de l’autre monde. Comme l’incohérence de leur cohabitation l’un dans l’autre. Deux mondes. Erreur dans la matrice.

Ou alors l’erreur ça aura été cette maladie là. Tombé sur lui. Venant d’ailleurs. Qui tu. Qui fait arrêter les cœurs de battre tout doucement, après t’avoir lentement sucé le cerveau. A t’en faire devenir fou. A t’en faire oublier le visage de tes enfants. Mais qui toujours te rappelle qu’elle te sucera jusqu’à la fin. Quelle te tuera bientôt. Te laissant pour seule compagne, cette certitude là.

Des saletés pareil, ça ne peut être que des erreurs.

Posté par _glacon_ à 12:49 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur This is the end

    Il y a beaucoup de saletés qui peuvent n'être que des erreurs. L'amour, aussi.

    Et ça s'appelle aimer, t'as raison. Ca s'appelle se poser 40 000 questions pour une seule personne. C'est ne vouloir voir juste une seule personne quand quelqu'un s'éteint. Parce que c'est comme s'il était le seul à pouvoir nous rallumer. C'est notre instinct de survie qui nous mène à lui, et pas le contraire. La survie, c'est lui.

    Et c'est tout plein de choses pour s'en détacher...

    Bisous Moonette. Rêve bien.

    Posté par Dine, 13 novembre 2007 à 12:17 | | Répondre
  • J'suis désolée pour ton cousin ...

    Posté par Aphone, 15 novembre 2007 à 11:19 | | Répondre
  • vraiment desolée pour toi chérie. je comprends à quel point ça doit etre dur pour toi. biz!

    Posté par Manu, 16 novembre 2007 à 00:47 | | Répondre
Nouveau commentaire