30 novembre 2007

J'aime pas les titres BIS.

Je n’écris plus. C’est pas que je n’en ai plus le temps (je dirais plutôt, qu’avec les grèves, c’est plutôt l’inverse.) Mais j’ai une sorte de non-vie en ce moment. J’vois pas grand monde et je m’isole. C’est pas une phase de déprime intense, c’est juste que ça me fait vraiment plaisir d’être seule. Faire mes petits trucs dan mon coin. Y quand même deux trois évènements que je voudrais garder en mémoire, alors je vais les écrire, sûrement dans le mauvais ordre, histoire de m’en souvenir plus tard.

ANNIVERSAIRE DE KOURNIKOVA : Samedi 24 novembre.

Y a d’abord eu l’anniversaire de Kournikova samedi. Ca faisait un moment qu’on avait pas regroupé le Sand en entier dans une seule maison. Personnellement, j’étais pas spécialement pour l’invitation de Chris et des autres, parce qu’en général ils viennent pour se bourrer la gueule sur notre compte, et se barre au Sand dès que les bouteilles sont vides. Cette fois ci, ils ont plutôt fait bande à part dans la cuisine et vidé la moitié de ma bouteille de pisang. On va dire que ça aurait pu être pire. Une fois arrivé au Sand, y’avait l’homme sur la table à côté des toilettes. Et rien que de voir sa gueule de con, y a tous les évènements de la dernière fois qui me sont revenus à l’interieur. Et quand on sait que je gère très mal mes émotions, quand elles se pointent en grand nombre d’un seul coup comme ça, je suis incapable de faire bonne figure. J’explose sans me retenir. Alors une fois dans les toilettes, je commence à crier que ce connard de fils de chien n’a rien à foutre là. Que j’voudrais qu’il aille pourrir ailleurs et qu'il arrête d’infester ma vie de sa présence puante. Et bla bla bla. Bretelle qui me dit « Ah non Ryne, tu pleures pas pour un connard ! ». Alors je ravale tout, parce qu’il a bien raison . Et là je tourne la tête sur ma gauche, « Ahhhh salut Mylene comment tu vas ?? » (je tombe nez à nez avec une de ses meilleures potes qui a assisté à ma petite crise de fille prépubaire !). Elle, elle fait comme si de rien, me fait un grand sourire et me claque une bise, on parle de deux ou trois banalités avant que je lui conseille d’aller dans les toilettes des hommes si elle veut pisser avant l’an 2027. Elle m’écoute, et Kournikova sort deux minutes après en me disant « La nana a qui t’a fait la bise. Ben y a un mec qui a ouvert la porte quand elle pissait, et elle avait pas mis le vérou !!! Mouahhhhh ». Autant dire qu’elle a du pensé à une tactique machiavélique de ma part et qu’elle n’a donc plus eu aucun scrupule à raconter ma crise de nerf à l’homme qui a du pensé directement, vu son égo démesuré « Ahhhh elle m’aime encore cette petite conne, il faut avouer que je suis inoubliable !!!! ». Beurk. Ca me fout la gerbe de penser qu’il va partir avec cette pensée là dans la tête (il déménage avec Georgette d’après ce qu’Emma m’a dit). Alors que clairement, même quand je relis ce que j’ai pu écrire quand on était ensemble, j’arrive pas à me souvenir des sentiments que j’ai pu avoir pour lui. C’est comme si il n’y avait jamais eu que cette haine que j’ai aujourd’hui. Je la porte comme un fardeau et elle me fait peur. J’ai beaucoup détesté dans ma vie, mais jamais autant, jamais comme ça. J’sais que c’est pas contre lui. C’est juste contre tout ce qu’il m’a apporté d’ignoble . Tout ce bagage que je vais devoir traîner jusqu'à la fin. Et ça me fait peur, d’avoir autant de mal à l’intérieur. Je me fais peur. Le reste de la soirée c’est franchement bien passé. J’ai oublié son existence assez rapidement, j’allais tout de même pas faire un scandale. Bretelle et son bassiste, Julien se sont bien occupés de moi. J’ai passé la soirée, couverte de l’attention de ces deux là, comme protégé par leur tendresse. Mais si je dis ça, c’est sûrement à cause de l’alcool. Ya aussi eu cette discussion vraimetn marrante avec tortue. on était plutôt en frid (enfin, j'étais en froid avec lui) pour une histoir de regard mal lancé. Donc bien sur, vu qu je suis éméché et assise à côté de lui je lui dis

Ryne: Tu m'aimes pas toi.

Tortue: Et pourquoi tu dis ça?

Ryne: Ben ça se voit c'est tout. M'enfin c 'est assez con parce que tu ne me connais même pas au final.

Tortue: ben ouais j'te connais pas du tout. Tout ce que je sais de toi c'est que t'es sorti avec Costa. Le reste, c'est jamais que des trucs qu'on est venu me dire.

Ryne: Si tu parles de ce que Nala et ta copine ont pu dire, je me doute que ça n'a pas du être très positif!

Tortue: Ben c'est claire mais ça veut pas dire que je les écoute. C'est comme pour tes dreads. Ca fait une semaine que je le sais, on est venu me le dire sur internet. De toute façon Nala elle nous a tellement saoulé avec toi, que les filles, ça fait 5 mois qu'elles font que de parler de tes cheveux et de tes fringues. Même maintenant que tu t'es arrangée avec Nala, elles n'arrivent pas à se defaire de cette habitude."

c'est quand même comique. mes cheveux et mes fringues. Elles auraient pu critiquer j'en sais rien moi, ma pesonnalité dérangée, ma façon de systématiquement tombé par terre, le fait que je parle fort et que je ne sais pas draguer sans être pister à trois kilomètres, mes kilos en trop. Ya telement de choses. Mais mes cheveux et mes fringues? Bon ben chacun son truc...

COME BACK DE COSTA : Samedi 24 novembre

Ryne, tranquillement installée devant son ordinateur, est intensement occupée dans une discussion à trois avec ses chères amies femelles, Mélie et Kournikova. Sujet : Ai-je bien acheté suffisamment de curly et de chamalow pour la soirée de ce soir? Soudain, une nouvelle fenêtre clignote en bleu marine. « Costa ». Sachant que je l’ai effacé (mais pas bloqué) de mes contacts en juillet après avoir appris ses péripéties sexuelles avec Ex Numéro Un (d'ailleurs ça me fout encore la gerbe quand j’y pense…) sa présence en bleu marine était tout à fait surprenante. Il m’a fallut au moins deux secondes et demi de réaction avant d’ouvrir la fenêtre.

Costa says : hello ??

Ryne says: salut

Costa: je voulais juste te dire que je ne t’ai pas oublié.

Toute personne connaissant Ryne et son cerveau à questions multiples peut imaginer ce qui a pu alors se passer sans sa tête. « Oh mon Dieu mais pourquoi il me dit ça ? Mais ça veut dire quoi ? Est-ce qu’il veut juste tirer un coup? Est-ce qu’il veut m’épouser ? On aura plutôt un chien ou un chat dans notre appartement trois pièces ??? »

Costa says : Je te dois toujours 5 euros.

Ah… Evidemment, ça aurait été trop beau, faut être honnête. Sur ce, il conclue qu’on doit se voir quelque part. Je lui répond que je l’appellerais en fin de semaine. Ce que je n’ai toujours pas fait et que je ne compte pas faire. Je peux vivre sans ces 5euros, par contre j’ai un cœur en fin de vie qui ne tiendra sûrement pas le choc en sa présence. Mais si je dis ça, c’est parce que je dramatise. En vérité, j’attend juste qu’il appelle lui, et comme je sais qu’il ne le ferra, je me cherche des excuses de filles. Alors évidemment, comme je le fais toujours, j’ai d’abord passé deux jours et demi à analyser chacun des mots de cette conversation pour essayer d’en tirer une interprétation mélodramatique. Par exemple pourquoi n’a-t-il pas écris en une seule phrase « Je ne t’oublie pas. Je te dois toujours 5euros. » comme l’auraient fait les gens normaux ? Conclusion, non ça n’est pas un moyen détourné pour me dire que je lui manque vraiment, c’est juste que Costa n’aime pas qu’on pense du mal de lui et qu’il ne voulait pas que je pense « Ah mais Costa est un sale voleur d’argents !!! ». Un point c’est tout. Bref, je ne l’appellerais pas cette semaine

RYNE OU LE B ABA DU RIDICULE : jeudi 29 novembre.

Je sors de mon cours de violoncelle, super fière que la prof me surestime au point de me filer des partition de troisième année. Et là j’entends « Salut » je tourne la tête et je vois mon amoureux de deuxième maternelle (qui était aussi mon fiancé, attention ! A 5 ans, moi, messieurs dames, je portais une bague en plaqué or. J’AI UN PASSE SENTIMENTAL A FAIRE FREMIRE LES MAGASINES PEOPLE !!). Bref, je lui répond « salut » genre hyper contente que malgré les années d’absence, nos coeurs savent encore être polis l’un envers l’autre !!!!!!! (C'estbeau...) Sauf que là, y a une fille qui se pointe de derrière un mûr (elle s’était cachée cette garce) et c’était à elle qu’il s’adressait vraiment. Alors ils me fixent tous les deux en ricanant. D’un air de dire « Genre on te parle, à toi, avec tes dreads.  MOUAHHHHH ». J’ai ramassé ma pauvre fierté à terre tout en ratant une marche (ce qui est très acrobatique quand on a un violoncelle sur le dos) et je suis allée voir ailleurs.

DIVERS :

Je mange autant qu’une femme enceinte de 8mois et demi. Je passe ma vie a créper des faux cheveux dans l’espoir de monter mon propre commerce cybernetique de dreads synthétiques (Quel noble métier !!!) et à glisser de l’archet sur mes quatres cordes raides. Résultat, mes bras ont doublé de volumes tellement je suis musclée, ce qui me donne un air d’Amélie Moresmo pas très glamour dont je me passerais bien. J’ai rêvé de Dine et de Manu. Ont allé toutes les trois au Sand dans l’espoir de pouvoir caser Manu avec Costa (j’ignore encore la signification profonde de ce rêve).Dine voulait absolument danser la salsa avec moi sauf qu’on m’avait menotté au bar (je pense que ça veut juste dire que je suis alcoolique). On a finit par rentrer chez moi et on a joué a Dunkey Kong (celui de la super nintendo parce que je suis pas du genre nouvelle technologie vous voyez) et même que je suis carrément rentrée dans la télé. C’était franchement sympa. Sinon, en parlant de Manu, elle va venir me voir en février. Autant dire que c’est pas trop tôt. Ca va quand même faire trois ans et demi que j’en crève d’envie.

Julien, le pote de Bretelle me court après sur internet. Il a 18 ans et bordel ça se fait bien sentir. Il veut qu’on aille « squatter avec ses potes ». Je ne suis pas une grande dame, je m’en fiche pas mal si on ne me paye pas mon verre ou bien si on ne m’ouvre pas la porte de la voiture. Mais sincèrement, squatter dehors par 3 C° CEST PAS VRAIMENT ROMANTIQUE !!! De toute façon, il ne me plait pas, il est sûrement trop jeune dans sa tête, et c’est un affectif compulsif.

Bref, où sont les hommes ?

Posté par _glacon_ à 15:45 - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires sur J'aime pas les titres BIS.

    Dis... si tu ne veux pas des 5 euros... et bien... euh... tu sais ca fait quand même un paquet de clope !

    fin c'était juste comme ça. Tu commence à me connaitre, j'ai jamais grand chose à dire d'interessant sur le fond...
    "Ainsi font font les petites marionnettes..."
    C'est le vendredi soir, je craque.

    Posté par Ben, 30 novembre 2007 à 16:24 | | Répondre
  • Pffff....et moi je viens te voir en février tu t'en fous! Sale mère ingrate, menottée ou pas, la salsa tu peux te la carrer ou je pense!

    Posté par Dine, 30 novembre 2007 à 18:31 | | Répondre
  • Tu m'as fait rire connasse, avec tes situations de merde ^^ c'est bien résumé !

    (Oh ouai, la marseillaise à Lille, cool !)

    Bisous my Beautiful Bitch !

    Posté par Aphone, 02 décembre 2007 à 15:33 | | Répondre
  • Hey chérie, honorée que tu rêves de moi, meme si j'ai le role de la pute qui te pique costa HAHA. me rejouis vrmt de venir^^
    bisous

    Posté par Manu, 03 décembre 2007 à 23:00 | | Répondre
  • Come back

    je me languis de tes écrits !
    *en crise de manque*
    (oui, ca n'est pas parce que je ne poste pas, que je ne lis pas!)
    Biz

    Posté par annah, 13 décembre 2007 à 00:55 | | Répondre
  • Ouais! A bas les feignasses!

    Posté par Dine, 13 décembre 2007 à 15:09 | | Répondre
Nouveau commentaire